BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Les insectes

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Les insectes

&  le  

Métallophone

Les insectes

 

Manifeste de la compagnie

 

 

 

En tant que compositeur fasciné par les nouvelles sonorités, le développement d'un nouvel instrument de musique m'est apparu comme une évidence. 

L’idée du Métallophone circulaire a vu le jour lors d’un voyage au Myanmar. C'est à Mandalay, capitale artisanale et culturelle du pays, que j'ai travaillé avec le facteur traditionnel Ko Aung Moe à la fabrication et à l’accordage des 216 lames d'acier martelées. La réalisation des six caisses de résonance en bois laqué s'est ensuite effectuée en France pour être finalisée en Italie lors de ma résidence à la Villa Médicis - Académie de France à Rome. 

 

 
Le Métallophone circulaire est un nouvel instrument de percussion. Son accordage micro-tonal au 1/12 de ton lui confère la capacité de produire acoustiquement des sonorités organiques voire hypnotiques. L'une de ses spécificités est de proposer une configuration de concert unique : le jeu simultané de six percussionnistes sur le même instrument. Il s'agit ici de dessiner un monde sonore à plusieurs, de sculpter et de ciseler la matière par l'utilisation de baguettes, d'archets ou de tous autres accessoires. Les gestes des six musiciens apparaîtront alors comme des mouvements chorégraphiques, parfois virtuoses, parfois imperceptibles, lors de la mise en résonance de l'instrument.

 

 

Naturellement, j'ai éprouvé la nécessité de créer une compagnie artistique qui lui soit dédiée. Son nom, « Les insectes », fait référence à la pensée écologique qui questionne chacune de mes actions. Les insectes, ces petites bêtes ou bestioles constituent la réalité d'un monde imperceptible et solidaire, trop souvent ignoré et pourtant indispensable. Prendre le temps de s'y pencher avec bienveillance permet d'apprécier les complexités et les beautés qui émanent de ces vies minuscules. Les couleurs et les sons que l'on perçoit de ces petits mondes sont pour moi une source d'inspiration inépuisable. En jouant sur le Métallophone circulaire, les musiciens de la compagnie  « Les insectes » nous feront plonger dans l'univers irisé du sonore de l'infime, grâce à l'accordage micro-tonal de ce nouvel instrument.

 

 

 

La compagnie « Les insectes » se consacrera à la création d'un répertoire d’œuvres nouvelles, composées sur-mesure pour le Métallophone circulaire . La compagnie offre un espace de réflexions et d'échanges entre compositeurs et interprètes avec la volonté commune d'apprivoiser l'instrument sur la durée. Le temps nous offrira la connaissance de ses capacités et nous permettra de profiter de l'enrichissement mutuel de chaque individualité. Ensemble, nous partirons à la rencontre de nouveaux mondes sonores à des fins de partage. 

 

 

Bastien DAVID

 

Les Musiciens

Adélaïde Ferrière 

« Un phénomène » (Le Monde)

Lauréate d’une douzaine de prix internationaux en France et à l’étranger,  Adélaïde est désignée Révélation Soliste Instrumental des 24èmes Victoires de la Musique Classique et devient la première percussionniste à être nommée à l’occasion de cette cérémonie.

La jeune soliste s’est produite sur la scène de la Philharmonie de Paris, l’Auditorium de Radio-France, la Seine Musicale, le Grand Rex, l’Opéra de Paris, l’Opéra Comique, la Comédie Française, l’IRCAM, le Mozarteum de Salzbourg, la Philharmonie du Luxembourg, le Théâtre Antique d’Épidaure, ainsi qu’avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre National de l’Opéra de Lorraine, l’Orchestre de Chambre de Paris, les musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande, le Latvian Chamber Orchestra, l’Orchestre Symphonique des Jeunes Colombiens, l’Orchestre Dijon Bourgogne, l’Orchestre de l’Opéra de Toulon, l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine, l’Orchestre de Caen…

Ses concerts et master-classes l’ont mené en Angleterre, Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Chine, Colombie, Danemark, Espagne, États-Unis, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Suisse...

Adélaïde Ferrière est Artiste Yamaha et Kolberg. Elle est soutenue par l’Adami, la Fondation Safran pour la musique, la Fondation suisse Engelberts pour les Arts et la Culture.

Aurélien Gignoux

Musicien éclectique et engagé, Aurélien Gignoux propose par la clarté de son jeu un espace de matières sonores nouvelles. 

Happé dès son plus jeune âge par les percussions et ses multiples facettes, il explore également le piano et la batterie, et tisse un lien puissant entre le répertoire classique et le monde de l’improvisation. En poursuivant ses études au Conservatoire Supérieur de Paris, le désir de développer la musique d’aujourd’hui apparaît comme évident, l’amenant à fonder l’Ensemble Dérive et à travailler auprès de nombreux compositeurs tel que Jean-Pierre Drouet, Philippe Hurel, Martin Matalon, Yan Maresz. En 2019, il intègre le Trio K/D/M, réputé pour sa force créatrice. Primé au prestigieux concours international de l’ARD de Munich, il se produit notamment en soliste avec des orchestres allemands, russes et français. Il a également reçu la Victoires de la Musique Classique 2021 dans la catégorie « Révélation Soliste Instrumental ».

Elisa Humanes

Elisa Humanes est diplômée du Real Conservatorio Superior de Madrid et du CNSM de Paris où elle poursuit ses études en cycle de perfectionnement. Boursière de la Fondation Tarrazi et de la Fondation Meyer, elle a été percussionniste de l’Ensemble National d’Espagne de Musique Contemporaine et de l’Orchestre du festival de Lucerne dirigé par Pierre Boulez. Prix d’interprétation du Collège d’Espagne, elle enregistre son CD de musique contemporaine dédié à la percussion soliste « Entre Libra y Escorpio ». Elisa Humanes est membre du quatuor Face à Face et de l’ Ensemble Variances. Elle participe également à la création contemporaine avec l’Ensemble Ars Nova et l’Ensemble Zellig.  Intéressée par le croisement des arts, elle participe à de nombreux projets pluridisciplinaires comme avec la Compagnie Carrosse d’Or, Le Pôle National des arts du cirque Le Sirque, ou le théâtre avec l’acteur Denis Lavant. Elle est professeur de percussion au CRD d’Issy-Les-Moulineaux.

Maxime Echardour

Percussionniste polyvalent et curieux, il a été formé à Rueil-Malmaison dans les classes de piano, zarb et percussions, puis au CNSMD Lyon avec Jean Geoffroy.
Membre permanent de deux ensembles (L'Instant Donné et Almaviva), il est passionné par les musiques de création et participe à de nombreux projets dans laquelle la musique n'est pas seule en jeu: avec le metteur en scène Laurent Dupont, il a crée deux formes jeune public jouées en Europe et à travers différents continents; avec le Trio Sélectif, il revisite le répertoire du théâtre musical dans des créations scéniques.
Il pratique aussi les musiques traditionnelles, avec le zarb (tambour iranien) et le balafon (appris auprès d'un griot au Sénégal)

Catherine Lenert

Issue d’une famille de musiciens, Catherine Lenert commence le piano avec sa mère Dominique Lenert et la percussion avec Marie-Jeanne Bourdeaux.
Elle poursuit ses études de Percussion au CNSM de Paris avec Jacques Delecluse où elle obtient les Premiers Prix de Percussion et de Musique de Chambre, tout en se perfectionnant en classe d’accompagnement piano au CRR de Paris avec Alain Jacquon.
Elle joue régulièrement avecl’orchestre National de France, l’orchestre Philharmonique de Radio France, l’orchestre de Paris l’opéra de Paris et participe à de nombreux concerts et enregistrements, en tant que pianiste et percussionniste, dans des environnements variés auprès d’artistes tels que Seiji Ozawa, Kurt Mazur, Pierre Boulez, Lorin Maazel, Ricardo Mutti ainsi que Michel Legrand , Johnny Hallyday. 
Elle se produit également en soliste et en musique de chambre dans des festivals tels que La Roque d’Anthéron , Les folles journées de Nantes, Sorru in Musica et le Festival de Radio France.
Passionnée de pédagogie et Titulaire du CA, elle a publié 3 méthodes pour claviers de Percussion éditées chez G. Billaudot.
Elle a enseigné pendant 15 ans au CRR de paris et est actuellement professeure de percussion à Aulnay-Sous-Bois et au pôle supérieur d’Aubervilliers.

Après une licence en percussion à l’Université de Montréal, François Vallet-Tessier obtient son master au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Parallèlement, il s’intéresse à la place du corps sur scène, au-delà de la musique. Il s’essaie alors au théâtre avec Annette Barthélemy et s’initie plus tard au «théâtre musical» après avoir rencontré Gaston Sylvestre, Jean-Pierre Drouet et Françoise Rivalland pour l’écriture de son mémoire sur cette discipline. En 2017, il est recruté en tant que percussionniste dans la compagnie Je Garde Le Chien pour
le spectacle de Claire Diterzi : L’Arbre en Poche. Après une première exploitation de trente dates en France, il est recruté pour la nouvelle pièce de Roxane Kasperski et Elsa Granat : V.I.T.R.I.O.L., encore une fois dans un rôle de musicien sur scène. Il continue néanmoins son parcours de musicien d’orchestre, jouant entre autres avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Bordeaux, l’Orchestre National de Lille ou encore l’Orchestre Lamoureux. Mais aussi avec des ensembles de musique contemporaine tel que l’Ensemble Intercontemporain, 2e2m et l’ensemble Multilatéral. Il se distingue aussi dans la composition avec certaines commandes passées par l’Ensemble Dérive, le Trio Xénakis et le Paris Percussion Group.

François Vallet

Ouvert et passionné, Morgan Laplace Mermoud est toujours à la recherche de nouvelles sonorités et prêt à pousser sa réflexion au plus loin pour y parvenir. 

Sensible à l’aspect sensoriel de la percussion, il est très attentif au rapport de matières et au toucher qu’il peut proposer dans son jeu. 

Sa curiosité et sa capacité d’adaptation l’amènent à participer à de nombreux projets de création ou d’enregistrement. Il est impliqué auprès d’ensembles de musiques anciennes autant que dans le répertoire contemporain. Également passionné d’orchestre, il se produit régulièrement au sein de prestigieuses formations, notamment le Concert Spirituel, les Dissonances, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et le Balcon. Il a par ailleurs intégré l’Orchestre Français des Jeunes en 2020 et 2021.

Originaire du Lot-et-Garonne, Morgan a été formé aux Conservatoires d’Agen puis de Bordeaux, pour ensuite se perfectionner à Paris et Montrouge et finalement être admis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2020. 

Morgan Laplace Mermoud

Percussionniste curieux et passionné, Arthur Bechet est diplômé d'une Licence de Percussions du CNSMD de Paris où il finit cette année son Master dans la classe de Gilles Durot. Captivé depuis le début de sa pratique par la création musicale, Arthur va multiplier ses participations à des projets avec les jeunes compositeurs qu'il rencontre lors de ses études. 
Musicien chambriste, il est lauréat d'un premier prix en duo avec Hortense Airault au concours VioloncellenSeine et a participé au spectacle "Le Carnaval des Animaux Préhistoriques" avec le Centre de Musique de Chambre de Paris en 2021. Attiré par les formations atypiques et novatrices, il co-fonde le Quintet Méliphage en 2021 et joue régulièrement en duo avec Félix Bacik, tromboniste. 
En parallèle, Arthur approfondit et perfectionne sa pratique de musicien d'orchestre. Il est régulièrement appelé en tant que supplémentaire dans des orchestres nationaux tels que l’Orchestre de l’Opéra de Paris, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio France ou encore l’Orchestre national des Pays-de-la-Loire. Il a aussi participé à la session 2021 de l'Orchestre Français des Jeunes ainsi qu'à la première édition de l'Orchestre des Jeunes Rameau la même année. 
Arthur a été admis pour le premier semestre de l'année scolaire 2022-2023 en échange Erasmus à la UdK de Berlin où il compte développer sa pratique orchestrale ainsi qu'élaborer son projet de récital de fin de Master. 

Athur Bechet

Direction artistique

Bastien DAVID

Bastien DAVID est un compositeur passionné par la diversité du monde vivant. Au travers de sa musique, il explore les formes de vie du sonore. Les relations sensibles que tissent les sons entre eux ainsi que leur capacité à se mouvoir dans le temps et dans l'espace constituent les fondements de son inspiration.

Invité par le Ministère Bavarois des Sciences et des Arts, Bastien composera à la Villa Concordia la suite d'un grand cycle entamé en 2020 avec Urban song. Cette nouvelle œuvre, commandée pour l'ouverture du Festival Présences 2023, mêlera les solistes de l'Ensemble Intercontemporain, la maîtrise de Radio France et le timbre du Métallophone sous la direction de Tito Ceccherini.

Pensionnaire à la Villa Médicis et lauréat du Prix Hervé Dugardin, Bastien est l'artiste résident de l'Ensemble 2e2m pour la saison 2022-23. Il a étudié la composition dans les classes de Bernard Cavanna et José Manuel Lopez Lopez au conservatoire de Gennevilliers puis dans la classe de Gérard Pesson au CNSMDP.

Sa musique, éditée aux Éditions Henry Lemoine, est interprétée par des ensembles et des orchestres tels que l'Ensemble Intercontemporain, l'Orchestre Geneva Camerata, l'Orchestre d'Auvergne, TM +, L'Instant Donné, Court-circuit, Aleph, 2e2m, La main harmonique, KDM, l'EOC, Zafraan-ensemble, XAMP. Elle est jouée à l'international, comme récemment Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo lors de la création de L'ombre d'un doute, son concerto pour deux violoncelles et orchestre à cordes. Les compositions de Phaidra à l'attention de la comédienne Fanny Ardant et de Bec et Ongles pour le violoniste Renaud Capuçon, furent marquantes de par l'expérience intense que ces rencontres ont invoquée.

 

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbsw

Photo de Nikita Teryoshin