BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Les insectes

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

Les insectes

&  le  

Métallophone

Les insectes

 

Manifeste de la compagnie

 

 

 

En tant que compositeur fasciné par les nouvelles sonorités, le développement d'un nouvel instrument de musique m'est apparu comme une évidence. 

L’idée du Métallophone circulaire a vu le jour lors d’un voyage au Myanmar. C'est à Mandalay, capitale artisanale et culturelle du pays, que j'ai travaillé avec le facteur traditionnel Ko Aung Moe à la fabrication et à l’accordage des 216 lames d'acier martelées. La réalisation des six caisses de résonance en bois laqué s'est ensuite effectuée en France pour être finalisée en Italie lors de ma résidence à la Villa Médicis - Académie de France à Rome. 

 

 
Le Métallophone circulaire est un nouvel instrument de percussion. Son accordage micro-tonal au 1/12 de ton lui confère la capacité de produire acoustiquement des sonorités organiques voire hypnotiques. L'une de ses spécificités est de proposer une configuration de concert unique : le jeu simultané de six percussionnistes sur le même instrument. Il s'agit ici de dessiner un monde sonore à plusieurs, de sculpter et de ciseler la matière par l'utilisation de baguettes, d'archets ou de tous autres accessoires. Les gestes des six musiciens apparaîtront alors comme des mouvements chorégraphiques, parfois virtuoses, parfois imperceptibles, lors de la mise en résonance de l'instrument.

 

 

Naturellement, j'ai éprouvé la nécessité de créer une compagnie artistique qui lui soit dédiée. Son nom, « Les insectes », fait référence à la pensée écologique qui questionne chacune de mes actions. Les insectes, ces petites bêtes ou bestioles constituent la réalité d'un monde imperceptible et solidaire, trop souvent ignoré et pourtant indispensable. Prendre le temps de s'y pencher avec bienveillance permet d'apprécier les complexités et les beautés qui émanent de ces vies minuscules. Les couleurs et les sons que l'on perçoit de ces petits mondes sont pour moi une source d'inspiration inépuisable. En jouant sur le Métallophone circulaire, les musiciens de la compagnie  « Les insectes » nous feront plonger dans l'univers irisé du sonore de l'infime, grâce à l'accordage micro-tonal de ce nouvel instrument.

 

 

 

La compagnie « Les insectes » se consacrera à la création d'un répertoire d’œuvres nouvelles, composées sur-mesure pour le Métallophone circulaire . La compagnie offre un espace de réflexions et d'échanges entre compositeurs et interprètes avec la volonté commune d'apprivoiser l'instrument sur la durée. Le temps nous offrira la connaissance de ses capacités et nous permettra de profiter de l'enrichissement mutuel de chaque individualité. Ensemble, nous partirons à la rencontre de nouveaux mondes sonores à des fins de partage. 

 

 

Bastien DAVID

 

Les Musiciens

Adélaïde Ferrière 

Lauréate d’une quinzaine de prix internationaux en France et à l’étranger, Adélaïde Ferrière est désignée Révélation Soliste Instrumental des 24èmes Victoires de la Musique Classique; elle est soutenue par l’Adami, la Fondation Safran pour la musique, ainsi que la Fondation Engelberts pour les Arts et la Culture en suisse.

Elle se forme au CNSM de Paris qu’elle intègre à l’âge de 15 ans puis au Royal College of Music de Londres. Adélaïde s’est produite en soliste sur les scènes de la Philharmonie de Paris, l’Auditorium de Radio-France, la Seine Musicale, le Mozarteum de Salzbourg, la Philharmonie du Luxembourg...

Passionnée par les projets insolites, la percussionniste a participé à des productions de la Comédie Française et de l’Opéra de Paris. Elle est membre du Trio KDM et fondatrice du Trio Xenakis en résidence à la Fondation Singer-Polignac.

Adélaïde est artiste YAMAHA et Black Swamp Percussion.

 

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbsw

Aurélien Gignoux

Musicien éclectique et engagé, Aurélien Gignoux propose par la clarté de son jeu un espace de matières sonores nouvelles. 

Happé dès son plus jeune âge par les percussions et ses multiples facettes, il explore également le piano et la batterie, et tisse un lien puissant entre le répertoire classique et le monde de l’improvisation. En poursuivant ses études au Conservatoire Supérieur de Paris, le désir de développer la musique d’aujourd’hui apparaît comme évident, l’amenant à fonder l’Ensemble Dérive et à travailler auprès de nombreux compositeurs tel que Jean-Pierre Drouet, Philippe Hurel, Martin Matalon, Yan Maresz. En 2019, il intègre le Trio K/D/M, réputé pour sa force créatrice. Primé au prestigieux concours international de l’ARD de Munich, il se produit notamment en soliste avec des orchestres allemands, russes et français. Il a également reçu la Victoires de la Musique Classique 2021 dans la catégorie « Révélation Soliste Instrumental ».

Elisa Humanes

Elisa Humanes est diplômée du Real Conservatorio Superior de Madrid et du CNSM de Paris où elle poursuit ses études en cycle de perfectionnement. Boursière de la Fondation Tarrazi et de la Fondation Meyer, elle a été percussionniste de l’Ensemble National d’Espagne de Musique Contemporaine et de l’Orchestre du festival de Lucerne dirigé par Pierre Boulez. Prix d’interprétation du Collège d’Espagne, elle enregistre son CD de musique contemporaine dédié à la percussion soliste « Entre Libra y Escorpio ». Elisa Humanes est membre du quatuor Face à Face et de l’ Ensemble Variances. Elle participe également à la création contemporaine avec l’Ensemble Ars Nova et l’Ensemble Zellig.  Intéressée par le croisement des arts, elle participe à de nombreux projets pluridisciplinaires comme avec la Compagnie Carrosse d’Or, Le Pôle National des arts du cirque Le Sirque, ou le théâtre avec l’acteur Denis Lavant. Elle est professeur de percussion au CRD d’Issy-Les-Moulineaux.

Maxime Echardour

Percussionniste polyvalent et curieux, il a été formé à Rueil-Malmaison dans les classes de piano, zarb et percussions, puis au CNSMD Lyon avec Jean Geoffroy.
Membre permanent de deux ensembles (L'Instant Donné et Almaviva), il est passionné par les musiques de création et participe à de nombreux projets dans laquelle la musique n'est pas seule en jeu: avec le metteur en scène Laurent Dupont, il a crée deux formes jeune public jouées en Europe et à travers différents continents; avec le Trio Sélectif, il revisite le répertoire du théâtre musical dans des créations scéniques.
Il pratique aussi les musiques traditionnelles, avec le zarb (tambour iranien) et le balafon (appris auprès d'un griot au Sénégal)

Sven Clerx intègre le CNR de Marseille en 2005 dans la classe de Alexandre Régis où il obtient un DEM et poursuit ses études au conservatoire de Rueil-Malmaison en 2008 avec Eve Payeur où il obtient un prix d'excellence.

Parallèlement à ses études de la percussion contemporaine, il se passionne pour la batterie et évolue très tôt dans le milieu des musiques actuelles. Il s'intéresse également à une tradition très particulière : le gamelan Gong Kebyar qu'il pratique depuis plus de 15 ans.

Actuellement, Sven Clerx évolue dans le milieu du jazz et des musiques improvisées. Il aime hybrider ses installations pour y mêler batterie et percussions. Le groove, le timbre et la polyrythmie sont les principaux terrains de jeu où il laisse sa sensibilité s'exprimer pleinement et la partage avec générosité.

Sven Clerx 

Ya-hui Liang

Percussionniste et comédienne pour le Théâtre du Soleil, YaHui Liang est désormais l’interprète régulière du compositeur Nicolas Frize. Elle fait partie des ensembles Nombre de Polyphème, Gamelan et Darbuka création contemporaine.

Lors de ses études au CNR de Rueil­-Malmaison, elle se révèle au contact du théâtre musical de Gaston Sylvestre, et débute son parcours dans la musique alternative. 

Le théâtre et la danse font entrer en résonance chaque cellule de son corps. La musique est le sang qui coule continûment dans ses veines depuis son enfance. Le théâtre, sa chair devenant plus forte chaque jour, nourrie par les expériences de sa vie. La danse, un organe sensoriel, à travers lequel les informations peuvent être reçues et les émotions reflétées. Les trois sont devenus des éléments indissociables de sa vie.

Direction artistique

Bastien DAVID | Compositeur

Bastien DAVID, pensionnaire à La Villa Médicis 2019-2020, est aujourd'hui lauréat de la fondation de la Banque Populaire. Il est membre du European Network of Opéra Académies (ENOA) et sa musique est éditée aux Editions Lemoine .

 

Il a travaillé avec : l'Ensemble Intercontemporain, TM +, L'Instant Donné, 2E2M, KDM, La Main Harmonique, Court-circuit , Zafraan-ensemble, Xamp, Quatuor Selini, Quatuor Tchalik, Aleph, l'EOC.

Pour les Festivals : Présences de Radio France, Festival d'Aix-en-Provence , Festival Messiaen, Festival Ensemble, Festival Aujourd’hui Musiques ,Festival Klasik, Festival Impuls (Allemagne)

 

Il a étudié la composition avec Bernard Cavanna et José Manuel Lopez Lopez au Conservatoire de Gennevilliers puis avec Gérard Pesson au CNSMDP

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbswy

BESbsw

Photo de Samuel Gratacap